Un plan franco-allemand pour la mobilité professionnelle

Paris et Berlin veulent encourager la mobilité professionnelle entre la France et l’Allemagne. Les ministres du Travail des deux pays, Andrea Nahles et Myriam El Khomri ont présenté la semaine dernière, à Berlin, un plan d’action commun pour la stimuler et mieux l’accompagner, quel que soit l’âge et le niveau de formation.

 

3 axes, 12 mesures

Plan d’action franco-allemand pour la mobilité professionnelle © dpa/pa Agrandir l'image (© dpa/pa) Fruit des dernières consultations gouvernementales franco-allemandes, ce plan se déploiera au cours de l’année 2016 selon trois grands axes : constituer un vivier de travailleurs français et allemands pouvant être mobiles dans le pays voisin, assurer un accompagnement de la mobilité professionnelle franco-allemande et déployer un accompagnement spécifique pour les Français à Berlin.

Les gouvernements allemand et français comptent ainsi encourager les échanges d’apprentis au sein de grands groupes franco-allemands et européens, renforcer l’offre d’accompagnement culturel à la mobilité professionnelle via l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ), étendre le dispositif « écoles-entreprises » de la Chambre Franco-Allemande de Commerce et d’Industrie de Paris et multiplier les échanges entre les centres de formation des apprentis des deux pays.

 

Faire émerger un marché de l’emploi européen

La coopération se renforcera également entre les agences pour l’emploi des deux pays. En France, Pôle emploi mettra en place une offre de service spécifique « Destination Allemagne ». Il est également prévu de lancer un programme de « Recrutement inversé » à destination des professionnels expérimentés.

Quant aux Français de Berlin, ils recevront un coup de pouce particulier avec l’organisation d’un mini-salon de l’emploi spécifique, des rencontres de partage d’expériences avec des conseillers et des prestations de coaching.

À travers ce plan d’action, Paris et Berlin souhaitent favoriser l’émergence d’un véritable marché du travail en Europe. Ils entendent ainsi renforcer la liberté de circulation des travailleurs, qui est l’un des fondements de la construction européenne.

A.L.

 

Plus d’informations

Ministère allemand du Travail et des Affaires sociales (en allemand)

Télécharger le Plan d’action (en allemand)

Mobilité professionnelle entre la France et l’Allemagne

Myriam El Khomri (g.) et Andrea Nahles (dr.) © Ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales/Deischl