La coopération franco-allemande en matière de Défense

Le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (CFADS)

Le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (CFADS) a été créé par un protocole additionnel au Traité de l’Élysée à l’occasion de son 25e anniversaire en 1988. Le CFADS réunit régulièrement les chefs d’état et des gouvernements ainsi que les ministres de la Défense et des Affaires étrangères français et allemands.  Il sert de cadre de dialogue continu dans le domaine de sécurité et de défense entre la France et l’Allemagne entre les représentants des ministères de la Défense et des ministères des Affaires étrangères français et allemands à tous les niveaux.

© Brigade franco-allemande

Brigade Franco-Allemande

Sur la base du Traité de l’Elysée, François Mitterrand et Helmut Kohl, ont décidé en 1987 de créer une brigade commune. En 1989 la brigade franco-allemande a été mise en service. Elle constitue une étape historique de la coopération franco-allemande.

Logo de l'Institut Franco-Allemand de Recherches de Saint-Louis © ISL

L'Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis (ISL)

L'Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis est un établissement binational exploité en commun par la République Fédérale d'Allemagne et la République Française sur la base d'une Convention signée en 1958. La mission de l’ISL est d’apporter des innovations technologiques aux forces de défense et de sécurité. Les recherches s’effectuent dans des disciplines multiples et à des niveaux de maturité variant entre la recherche fondamentale et le développement de prototypes préindustriels, intégrables dans des équipements opérationnels.

Coopération franco-allemande en matière de Défense

Coopération franco-allemande en matière de Défense © picture alliance / dpa

Appel à souscription : Restauration du monument allemand de Sedan - Témoin majeur de la Grande Guerre

Le monument allemand de Sedan © Fondation du Patrimoine

Au cimetière Saint-Charles de Sedan se dresse un monument de taille imposante, fortement dégradé par le temps. Érigé en 1915 par l'armée allemande qui occupait alors la ville, il visait a sacraliser le carré militaire allemand aménagé au milieu du cimetière français, et à rendre hommage aux soldats tombés pour la patrie.